la tribune d'en face

la tribune d'en face

Racing 48 -Section Paloise 28

 Le coup de froid va-t-il durer ?

 

« Tu ne joueras pas le Challenge européen » qu’il m’avait dit Coach Simon, avec son cet accent « béarnais » qui lui est si personnel. Oui, il fallait que je fasse un break salvateur, manière de me consacrer au mieux au Top 14, être frais comme une rose quand viendraient quelques proches échéances pour le moins inquiétantes.

Pas question pour moi de me choper une entorse de la syntaxe ou de sortir pour protocole conjugaison du côté de Swansea. Place aux jeunes. J’en profiterai pour faire une cure de jouvence, quelques gélules de vannes à deux balles lyophilisées, matin et soir, au déjeuner, quelques tartines beurrées de jeux de mots bien frais, et des séances de massages du cerveau manière de le garder bien souple et réceptif.

Alors, j’ai rangé mon ordi, obéissant au « patron », espérant être sur la feuille de match pour la reprise du côté de l’Aréna… même si je me doutais bien que ce ne serait pas une ballade touristique en terre parisienne. Qu’il faudrait que je garde mes délires verbaux bien au chaud dans la mêlée, que j’évite de balancer des chandelles de chauvinisme  dans tous les coins du terrain, que j’envoie trop mes critiques aux ailes. Pas question de donner à l’adversaire l’occasion de me clouer le bec.

 

* * *

Cette période de repos automnal ne m’empêcha pourtant pas de rester observateur intéressé de tout ce qui pouvait se dire, se commenter, se critiquer, s’espérer, se tramer autour du Hameau. Je m’invitai donc ce Samedi dernier voir si nos gars avaient digéré leur triste précédente défaite contre le Stade Français, celle qui avait mis un sacré coup derrière la « cuja »* aux supporters rêveurs, ceux qui Topsixaient trop vite, avant même que le championnat n’ait commencé à se mettre en route.

Après être allés faire un tour de chauffe… refroidissant, du côté du Pays de Galles, nos Verts et Blancs étaient entrés au Hameau avec des intentions ; on assista à un festival d’attaques tous azimuths, mais, hélas, aussi à un concerto de ballons tombés et autres maladresses. Une victoire, certes, mais avait-on vu un essai construit sur les deux comptabilisés au planchot ? Un contre opportun de nos deux « poisons en herbe » Hastoy et Blanc, remake de leur prestation à Agen, et un essai de pénalité contre des Parisiens pas venus non plus mourir en Béarn.

Alors, justement, s’il fallait se réjouir un tant soit peu de ce match, ce fut le bonheur de voir jouer le gars Hastoy, présent à la main, au pied, en attaque, en défense, le contre-pied agile et la passe précise. Que même mon voisin du jour, un Perpignanais en phase de béarnisation s’inquiéta vite de ce débordement de trop ? d’énergie : ce constat était opportun et le catalan ne fut-il pas oiseau de mauvaise augure quand on sait ce qu’il advint hier de la cuisse du gamin ?

C’est vrai que la prestation du 10 palois contre le Stade Français m’enthousiasma au point que je me dis que ce gamin est en passe d’arriver au niveau des Belleau, Carbonel et autre Tamack de belle réputation et talent. On va en reparler, j’en suis certain… Slade est déjà pratiquement remplacé à la fin de son contrat. On va en reparler si le staff sait se le ménager… Ouppss ! Trop tard !

* cuja : citrouille (traduction tirée du « Dictionnaire béarnais-français à l’usage de mon pote Patrick »)

 

* * *

Il y eut aussi, pendant cette période de Challenge européen, cette annonce de la venue de Ben Smith… pour 7 mois. Franchement, je me demande à quoi ça rime et je vois mal quel en sera l’intérêt, craignant que ce soit plus déstabilisant et perturbant que profitable au fonctionnement de l’équipe. Il va arriver bien fatigué et démotivé après la Coupe du Monde qu’il aura sûrement gagnée et la tête tournée vers l’Empire du Soleil Levant, ses soushis de comptes en banques bien fournis en yens et autres dollards. Je me trompe ? Et bien, j’attends quelques arguments favorables à cette venue pour le moins saugrenue… Mon côté dialogue qui reprend le dessus !!

 

* * *

Quand je me suis installé, dans mon fauteuil grand confort, mon U Aréna bien calé au fond du siège, j’avoue que j’étais déjà pris d’une forme de fatalisme. J’espérais sans trop espérer tout en espérant. Wait and see, finalement ! Mais quelle mouche piqua donc l’attaque paloise à vouloir me sortir ainsi de cette forme de défaitisme coupable ? Voilà qu’elle s’était mise à me faire rêver en deux coups  de génie, subits et déstabilisants, de Stanley et d’Hastoy bien enchainés par un Daubagna opportuniste. Comme un nuage de bonheur et de rêve éveillé. Allais-t-on faire pêter un champagne même pas au frais, contre toute attente ?

Et ça attaquait, ça jouait, la balle ne tombait pas, chacun s’y collait. Le Parisien se mélangeait les bras dans les touches offrant du ballon à moudre aux Palois. Qu’on en perdit toute tempérance et toute mesure. Et ce qui devait arriver arriva : la passe de Fumat fuma et  Volavola vola. Le Parisien reprenait du poil de la bête et comme il y avait des trous dans le pelage, on eut vite fait de changer de mine, et de se mettre à faire la moue… au lieu de l’amour. La partouze rugbystique débridée passa vite en mode « brouillage »

Le début de la 2è mi-temps remit certes du baume au cœur du supporter : Bouchet déboucha un trou de souris bouché.

Et si M.Trainini oublia d’arbitrer des en-avants flagrants des Racingmen (un comble le jour de la journée de l’arbitrage), on ne put empêcher le score d’enfler en notre défaveur. Imh-Off était passé en mode On

Les Palois se démenaient, ne baissaient pas les bras continuant à jouer leur jeu, parfois dans la démesure. Et l’on se mettait à se demander quelle aurait été la physionomie du match si Hastoy et Slade avaient pu s’exprimer avec l’état d’esprit affiché d’entrée. Non, nos Palois n’ont pas été aidés par ces coups du sort… Stanley, que j’ai trouvé excellent hier (son meilleur match depuis Septembre) fit pour le mieux pour tenir la baraque mais à l’impossible nul n’est tenu.

Ces blessures arrivent vraiment au plus mauvais moment, ce n’est pas Castres, Toulouse ou Lyon qui s’en plaindront alors que j’ai tendance à penser qu’une dynamique positive était en train de se créer au sein de l’équipe.

Ne sera-ce pas pire que la période des blessures de la saison dernière ? Serrons les fesses !!

 



28/10/2018
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sports pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres