la tribune d'en face

la tribune d'en face

Agen 25-Section Paloise 28

  

Comme une lueur d’espoirs…

 

 « L’espoir fait vivre » a-t-on coutume de prétendre. Les Espoirs font vivre un club, et la Section est fort bien lotie en la matière, elle qui a vu cette équipe réaliser, l’année dernière, une saison remarquable, terminée par une finale nationale contre Clermont… excusez du peu… Pourtant, la lecture de cette info me laisse quelques inquiétudes quant au sort du stade de la Croix-du Prince, le stade qui accueille justement l’équipe des Espoirs lors du championnat.

 

 

ESPOIRS

Une dérogation

pour la Croix-du-Prince

Suite à la mise en place de nouvelles normes,

 la Croix-du-Prince pourrait ne plus accueillir

de rencontres Espoirs

 

Après la dérogation qui permet aux Espoirs un dernier match sur cette herbe, le stade ne vivra plus que par les jeunes pousses… et pour combien de temps encore ? En cause des normes de sécurité et d’hygiène obsolètes. La Croix du Prince n’en finit pas de se dégrader sans qu’on n’y fasse rien, ou bien peu. Pourtant, un beau projet existe et croupit dans un tiroir alors que les dirigeants du club amateur, les habitants du quartier, les scolaires désespèrent de le voir se réaliser, promesse de gascon faite depuis deux mandatures municipales.

Comme la sensation désagréable que plus de cent ans de rugby et d’Histoire du club, d’exploits signés de grands noms de l’ Ovalie, de clameurs et de passion pourraient être mis à bas par quelque promoteur immobilier sournoisement caché derrière une tribune d’honneur qui vacille.

 

 la-mairie-envisage-de-renover-la-tribune-en-amenageant-des-vestiaires-et-une-salle-de-reception.jpg

 

* * *

A cette interrogation, vient s’ajouter la peine incommensurable de la perte d’un jeune espoir qui y a appris le rugby encadré par des éducateurs compétents et dévoués. Cody a quitté sa famille et ses copains trop vite, victime de cette putain de maladie, destructrice de joie de vivre, d’insouciance, d’amitié et de projets d’avenir. La vie est trop implacable et injuste.

 

* * *

Alors, dans ce contexte, la victoire de la Section à Agen, ce match qu’on ne pouvait que regarder en croisant les doigts, cette victoire prend une saveur particulière. Que pouvait-on espérer de plus jubilatoire que de voir ces 2 joueurs  formés à la Section que sont Antoine Hastoy et Thibaud Daubagna prendre à leur compte ce match et en bâtir à eux deux le score.

Jubilatoire, vous dis-je de voir l’Antoine s’offrir deux essais plein d’autorité, de se les peaufiner au pied qu’il utilisa d’ailleurs avec une belle précision tout au long du match. L’espoir « qui l’est encore » s’entendit comme larron en foire avec celui « qui ne l’est déjà presque plus ».

Comme un espoir, toujours lui, d’avoir trouvé, avec eux deux, la charnière qui fera l’après Slade-Taylor.

Dans un match « à couteaux tirés » où chaque équipe prit sa part de domination, nos Palois se montrèrent très volontaires en défense. Faut dire que la dernière prestation au Hameau avait laissé moult doutes dans ce domaine. On se jeta comme des « ratagass » sur l’Agenais. Fallait ça, surtout quand, dans les ultimes minutes, on eut des déferlantes des Pruneaux à en attraper la colique. Oserai-je avancer qu’à deux minutes de la  sirène beaucoup de supporters devaient commencer à se… faire aux frocs… Mais les Bleus, se précipitant trop, ne trouvèrent pas… l’axe hâtif… Ouf !

Finalement, on eut une bonne prestation des avants qui rapinèrent quelques ballons en touche. Moïse se montra très actif dans le jeu courant, Malafosse, que l’on découvrait, fit une prestation de puissance fort intéressante. Et je me dis qu’avec Mowen et Armitage revenus au top dans la 2è partie de la saison, on pourrait montrer de belles démonstrations de jeu d’avants, surtout si Hammadache se refait la cerise en enlevant le frein à main (à moins que ce soit le « plomb » qui lui colle au fond du short…).

Ce fut long à venir dans la construction, mais on eut dans les vingt dernières minutes de belles actions où l’on vit, enfin, des gros se proposer dans la percussion. Tout ce qu’il fallait pour mettre les adversaires à la peine et les émousser. Dommage que ces pilonnages se soient soldés par quelques « cagades » crispantes et décevantes.

 

Allez, les mecs, vous qui aimez tant nous faire plaisir « ailleurs », ne vous privez pas de prendre les mêmes habitudes au Hameau, ça vous évitera quelques sifflets, pas mal de critiques et les doutes des supporters.  Certains ont pris de l’âge et leur cœur devient fragile…

 

 

 

 

  

 



29/09/2018
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 71 autres membres